Abbaye de Fontevraud. Bonnel, tailleurs de pierres depuis 14 générations

Certifiée Monuments historiques, l’entreprise Bonnel installée à Champigné, a pris
part à la rénovation de l’hôtel.

L’entreprise Bonnel est intervenue au début du chantier pour le gros œuvre. | Abbaye de Fontevraud/David Darrault
L’entreprise Bonnel est intervenue au début du chantier pour le gros œuvre. | Abbaye de Fontevraud/ Crédit photo David Darrault

L’entreprise Bonnel, c’est d’abord une histoire de famille. D’hommes tailleurs de pierres qui ont transmis leurs compétences aux générations futures. La société en tant que telle a été créée à Champigné en 1966 par Roger Bonnel. « Mais l’entreprise existait déjà bien avant, sous forme artisanale, assure Renaud Bonnel, actuel patron et petits-fils du fondateur. Ça a commencé avec Germain Bonnel, maçon. Il était né en 1677 à Cheffes. » Après Roger, vient le tour de ses fils, Patrick et Dominique Bonnel. Ils reprennent l’affaire en 1986. Depuis quatre ans, la voilà entre les mains de Renaud Bonnel, le fils de Patrick, et de plusieurs associés : « La société s’est ouverte aux salariés », confie cet homme qui appartient à la quatorzième génération des tailleurs de pierres Bonnel.La société Bonnel, cent salariés au total, a gardé son approche artisanale. Une de ses grandes forces qui forge toujours un peu plus sa réputation dans le secteur du bâtiment. « Nous avons deux métiers dans une seule et même PME : quarante-cinq maçons et autant de tailleurs de pierres », avance Renaud Bonnel. Une bi-valence qui lui permet d’oeuvrer dans la maçonnerie neuve comme dans les réhabilitations : « Nos maçons sont capables de travailler dans ces deux domaines. » A chaque fois, l’objectif est clair : ne pas voir leur passage. Mais même pour des experts, ce type de chantiers n’est pas toujours une mince affaire. « A Fontevraud, il a fallu renforcer tout l’hôtel. Ce sont d’énormes travaux de structure, notamment dans l’une des ailes qui date du XIXe siècle, raconte Renaud Bonnel. Nous avons démoli des couloirs porteurs, casser des murs. À certains endroits, le plancher a été descendu de 80 à 60 centimètres. » Certifiée Monuments historiques, elle a été distinguée l’an dernier du label d’État Entreprise du patrimoine vivant. Un gage de qualité qui lui assure des chantiers permanents chez des particuliers et lui permet aussi de décrocher des réalisations d’envergure comme le château de la Perrière à Avrillé (49), en 2008, et la cité de la Solidarité à Angers, en 2013. Et, bien entendu, la rénovation de l’hôtel de l’abbaye de Fontevraud.

Pour cette imposante réhabilitation, Bonnel s’est associée à une autre société de tailleurs de pierres, l’entreprise de Touraine Hory-Chevaulin : « Pour les gros marchés, il est préférable d’avoir un groupement de PME. Et avec qui nous partageons les mêmes valeurs. » « Ancrer les projets et les actions autour de l’histoire qui nous constitue », tel est le credo de cette société face à la rénovation audacieuse que représente Fontevraud. Renaud Bonnel insiste aussi sur « la volonté de réinscrire un monument dans la vie de la cité avec un grand C. Dans une nouvelle vie ». En d’autres mots, Fontevraud ne devait pas devenir selon lui « une abbaye musée ».

 

Source :  supplément Ouest France 21 mai 2014