La société Bonnel grave son avenir dans la pierre à Champigné

Spécialiste du béton et de la taille de pierre, la société Bonnel prépare l’avenir à Champigné. Après avoir mis sur pied le pôle énergétique de l’Abbaye de Fontevraud, l’entreprise développe de nouvelles solutions pour le bâtiment.
Installée à Champigné depuis la fin du XIXe siècle, la société Bonnel est issue d’une lignée de tailleurs de pierre. Renaud Bonnel, l’actuel gérant, représente la treizième génération dans le métier ! « Devenue une SARL en 1966, l’entreprise est passée de trois à cent salariés aujourd’hui. Nous travaillons autour de trois activités que sont le gros œuvre neuf, la réhabilitation et la taille de pierre », présente Yannis Houssin, animateur qualité et innovation.
« En 2013 avec notre partenaire Hervé Thermique, nous avons bâti le nouveau pôle énergétique de l’Abbaye de Fontevraud. Un vrai défi : il nous a fallu atteindre l’excellence, dans un délai très court ». Intervenant au Château d’Angers ou au Parc Terra Botanica, l’entreprise apporte son expertise en béton banché et en rénovation sur des projets d’envergure.

Un maçon sur le chantier du pole énergétique de l'Abbaye de Fontevraud
Un maçon sur le chantier du pole énergétique de l’Abbaye de Fontevraud | Abbaye de Fontevraud/David Darrault

Un matériau d’avenir : la pierre !
Grâce à un prêt régional de redéploiement industriel (P2RI) passé avec la Région des Pays de la Loire (118 750 €) et la Banque publique d’investissement (BPI), l’entreprise travaille sur la mise en place de nouveaux modules de construction. « Nous avons mis en place notre premier projet de recherche avec l’aide de deux bureaux d’études partenaires. Cela nous a permis d’analyser nos compétences et développer un dialogue à la fois interne et ouvert aux différents corps de métier. »
Revenant à son activité première, la SARL Bonnel se prépare à déposer un brevet sur la pierre massive. « C’est un matériau économe en énergie, répondant aux problématiques environnementales, économiques et sanitaires. La pierre est réutilisable lorsque le bâtiment doit être déconstruit ! »

 

Source : Au fil des territoires – juil 2014